La culture à Sorbonne Universités, c’est l’alliance des arts et des sciences

Facteur d’ouverture et de créativité, la culture trouve naturellement place au cœur des missions de formation et de recherche de toute université. Pour Sorbonne Universités, elle revêt deux enjeux supplémentaires : c’est d’abord un excellent moyen de fédérer les membres de la communauté ; c’est ensuite un élément essentiel de son rayonnement à l’extérieur. Questions à Yann Migoubert, chef de projet Culture à Sorbonne Universités et directeur du service culturel de Paris-Sorbonne.

Vous coordonnez le groupe de travail Culture de Sorbonne Universités. Quel est son rôle ?

Ce groupe réunit des représentants de Sorbonne Universités et des établissements membres. Ensemble, nous proposons la stratégie, choisissons les projets et mettons en œuvre les actions qui contribuent à construire notre communauté, à lui donner un visage. Notre première tâche est, en effet, de doter Sorbonne Universités d’une personnalité culturelle, c’est-à-dire d’une image qui la caractérise vis-à-vis des étudiants et du personnel, mais aussi du public extérieur. Une image qui nourrisse tout à la fois le sentiment d’appartenir à une même communauté, et le rayonnement de cette communauté en France et dans le monde. Cette identité repose avant tout sur l’excellence de notre programmation, et sur sa transversalité : la culture à Sorbonne Universités, c’est l’alliance des arts et des sciences

Comment imprimer cette image ?

Depuis l’an dernier, nous publions un agenda culturel trimestriel de Sorbonne Universités qui en est le reflet. Il n’a pas vocation à recenser l’ensemble des manifestations proposées par les établissements et les associations de la communauté. Il mentionne justement celles qui expriment le mieux la personnalité de Sorbonne Universités : celles qui sont ouvertes à tous les publics, et qui témoignent le mieux de notre exigence, de notre diversité culturelle [...]. C’est l’occasion pour moi de remercier, au nom de notre groupe Culture, tous ceux qui font au quotidien la vie culturelle de Sorbonne Universités.

Outre cet agenda, quel est votre programme d’actions pour 2016 ?

Pour développer le sentiment d’appartenance à Sorbonne Universités, il faut favoriser les brassages entre établissements, notamment lors des grands événements qui rythment l’année universitaire [...]. Le tout nouvel espace de vie étudiante de Sorbonne Universités, situé au cœur de Jussieu, va, je pense, beaucoup aider dans la mise en œuvre de cette politique. C’est un lieu de création privilégié pour la communauté des porteurs de projets étudiants [...]. De même nous réfléchissons à la possibilité d’étendre à l’ensemble des personnels de Sorbonne Universités une opération que nous menons depuis septembre sur Paris-Sorbonne : inviter le personnel à des spectacles dans des lieux prestigieux, comme le Théâtre du Rond-Point, le Théâtre du Châtelet ou l’Opéra comique. 

Quels sont vos axes de travail pour développer le rayonnement de Sorbonne Universités à l’extérieur ?

À l’échelle du territoire, nous souhaitons développer les partenariats avec de grandes institutions culturelles : des musées, la BnF, France Culture… À l’échelle internationale, nous voudrions notamment initier une série de rencontres avec les responsables de service culturel de grandes universités étrangères afin de construire un réseau culturel universitaire par-delà les frontières [...]. Notre action est également très orientée sur la valorisation de la francophonie [...].

Vous cherchez donc à développer des programmes d’ouverture culturelle en lien avec les missions de formation et de recherche de Sorbonne Universités Pouvez-vous nous parler de la programmation culturelle d’avril-juin ?

D’une manière générale, les grands événements (Fleurs d’éloquence, Journées des arts, festival des ateliers…) s’organisent progressivement au niveau de Sorbonne Universités. Il est très satisfaisant de voir les équipes prendre l’habitude de concevoir des projets ensemble [...].